Billet d'humeur

J'ai envie, j'ai besoin, de partager cet épisode vécu il y a quelques minutes dans le métro. Une bande de gamins de 13-15 ans surexcités et un peu kaïras faisaient beaucoup de bruit, se bousculaient en se donnant des claques, jusqu'au moment où ils se sont mis à taper l'un d'entre eux à 5 ou 6. Celui-là, au début rigolait et se protégeait comme il pouvait. Mais j'ai pressenti le moment qui dérape, comme une perte de contrôle de la portée des coups et de leurs conséquences. Certes ça ressemblait à du chahut mais c'était de la violence caractérisée.  

C'était insupportable pour moi de laisser faire ça. Je suis intervenu pour faire cesser les coups. Ils se sont arrêtés mais j'ai dû monter le ton pour cela. Ils ont bien tenté de me provoquer, essayant de diriger vers moi leur agressivité. N'y trouvant aucune prise, ils se sont calmés, relativement ; disons qu'au lieu de taper sur leur ami, ils ont tapé dans leurs mains en faisant un maximum de bruit, mais c'était plus acceptable que la violence.

À l'instant où j'écris ces lignes, je m'interroge sur la passivité des personnes présentes sur le quai. Et je m'interroge sur ce qui fait que quelqu'un s'oppose à ce que des humains en maltraitent d'autres.

Je ne porte pas de jugement. Je me questionne seulement sur ce que l'on appelle le droit d'ingérence, c'est à dire la possibilité pour un individu, ou un état, d'intervenir dans les affaires, les conflits d'autres personnes ou d'autres pays sans y avoir été invité. Je n'ai aucune réponse, aucune sentence, aucun conseil, surtout pas. J'ai seulement une histoire personnelle particulière qui me rend sensible à ce genre d'incident. Je crois que dans ce cas, le droit d'ingérence est devenu pour moi un devoir...


Articles similaires

Derniers articles

Abonnez-vous au blog pour être informé des nouveaux articles, en inscrivant votre adresse mail ci-dessous

Envoyé !

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'installation et l'utilisation de cookies sur votre poste, notamment à des fins d'analyse d'audience, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée.