Car nés du voyage...

Il est étrange, ce temps du voyage. Traverser l’atlantique sans vraiment s’en apercevoir, juste ressentant la suspension de l’horloge, celle de GMT, et l’interne également, et la suspension de la gravité, la terrestre, bien sûr, et aussi celle des choses du monde, car rien n’est vraiment grave, lorsque l’on part en aventure. Oh, une aventure en sécurité quand même, sans vraiment prendre de risques. L’aéronef est le déplacement le plus sûr du monde, parait-il, et voyager dans un pays, serait-il à l’autre bout, où l’on partage la même langue, tout cela n’est pas réellement téméraire. N’en retirons donc pas trop de gloire !

Etrange en effet de se dire que l’on a accompli la moitié d’un tour de terre, et que les choses ne sont pas si différentes : des routes et des villes, des décors urbanisés et des centres commerciaux, des panneaux et les mêmes appels alimentaires, tout est juste un peu plus grand, plus large, ici.

Ici, c’est le Québec, la belle province, un morceau de France en Amérique. Ici, les cousins de l’outre-océan parlent ma langue avec des accents importés par leurs aïeux il y a 350 ans, comme si leur héritage leur avait confié la mission de conserver intact le français du moyen-âge. Ici, le contraste repose sur le fait qu’il fait 30° aujourd’hui, et dans un semestre, il en fera 60° de moins.

Mais ce qui frappe et surprend le gaulois, réputé râleur patenté, le mauvais coucheur, c’est le calme, la patience des gens, la gentillesse de l’accueil, non feinte, un sincère intérêt pour l’autre. Même à l’aéroport, où l’informatique en panne a obligé les passagers à attendre plus d’une heure dans un couloir immense et une foule dense, pas un mot plus haut que l’autre, pas d’agacement, aucune protestation, nul mouvement d’humeur. Une sérénité collective qui ne trouve pas d’explication. Avions-nous ces mêmes habitudes, avant ? Avant quoi d’ailleurs ? Et comment cela s’est-il perdu ? Qu’ont-ils compris, eux, que nous avons oublié ? Comment nous le réapproprier, comment revenir collectivement à plus de tranquillité, de comportements civils et urbains ? Nous en aurions en tous cas bien besoin…


Articles similaires

Derniers articles

Abonnez-vous au blog pour être informé des nouveaux articles, en inscrivant votre adresse mail ci-dessous

Envoyé !

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'installation et l'utilisation de cookies sur votre poste, notamment à des fins d'analyse d'audience, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée.