Billet d'humeur

L’humanité est étrange… Elle croit que tout est éternel. Elle se cache la tête sous l’aile pour ne pas voir que tout a une finitude. Elle fait semblant d’ignorer l’impermanence de toute chose.

Bien sûr à l’échelle d’une vie humaine, 856 ans, c’est beaucoup de temps. Mais à l’aune de l’évolution, cela représente à peine dix secondes sur 24 heures, et la vie d’un humain un sixième de seconde seulement.

Est-ce parce qu’aujourd’hui, en occident, nous ne voyons plus la mort, ou seulement de façon aseptisée, que nous avons cette illusion d’éternité ? La course des mégalomanes milliardaires qui financent les recherches sur l’immortalité, sur l’être humain éternellement réparable est une folie qui parle bien de notre temps.

Alors bien sûr, les monuments préservés sont des trésors, mais comme tout ce qui existe et qui a été créé, c’est temporaire. Et tous les efforts désespérés pour les maintenir envers et contre tout parlent de la même névrose collective.

Oui, la cathédrale de Paris a brûlé. C’est regrettable, en effet. Cela vaut-il autant d’émotions ! D’autres monuments ont disparu depuis que l’humanité a commencé à construire. Combien ont été oubliés ? Des centaines de milliers sans aucun doute. Que dire des héritiers de châteaux qui consacrent toute leur énergie et sacrifient leur vie à tenter vainement de restaurer des ruines, parce qu’elles leur ont été transmises par leurs ancêtres ? D’autant que ces architectures ne sont que le reflet d’un orgueil démesuré, celui de vouloir s’élever, de vouloir paraître plus fort, plus puissant, que l’autre, le voisin, le concurrent, le pays frontalier, ou la religion d’à-côté. Dans cet orgueil, l’homme a voulu se sentir invulnérable, indestructible, pour cacher la terreur de sa fragilité face à la vie, à la nature et aux éléments. De même, l’humain construit des digues pour se protéger des flots, mais toujours la nature gagne du terrain. Elle sera là encore bien après l’extinction de l’humanité et la tour Eiffel et les pyramides auront disparu depuis longtemps…

Alors Notre-Dame a cédé face aux flammes, c’est vrai. Et déjà plus de 700 millions de promesses de don ont été annoncés ! A peine le lendemain ! Que n’a-t-on consacré de telles sommes et aussi rapidement aux sans-abris, aux réfugiés climatiques, aux rescapés de tsunamis, aux victimes de tremblements de terre ? A-t-on autant pleuré pour le génocide du Rwanda que pour la flèche de la cathédrale ? Se mobilise-t-on autant lorsque des chiens abandonnés par leurs odieux maîtres, sont attachés aux arbres des aires d’autoroute ?

Réveillez-vous, sœurs et frères humains ! L’incendie d’hier n’a fait aucune victime humaine, il faut donc s’en réjouir. Les bâtiments n’ont pas de douleur, ils n’ont pas de regrets, ils n’ont pas d’émotions. Ne pleurez pas pour eux, car vous pleurez sur l’orgueil de ceux qui les ont créés…


Articles similaires

Derniers articles

Abonnez-vous au blog pour être informé des nouveaux articles, en inscrivant votre adresse mail ci-dessous

Envoyé !

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'installation et l'utilisation de cookies sur votre poste, notamment à des fins d'analyse d'audience, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée.